Énergies fossiles : mobilisation citoyenne internationale pour désinvestir du secteur

Le premier geste politique citoyen que nous pouvons faire à titre d’épargnant, en tant qu’organisation ou en tant qu’institution, c’est de désinvestir des énergies fossiles nous dit Naomi Klein dans son livre de 2014 « Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique ». Elle a mille fois raisons. C’est aussi un geste de solidarité internationale parce que l’effet principal du dérèglement climatique et des pollutions diverses que ce secteur génère affecte de façon principale les pays du Sud. Ce n’est pas la seule stratégie à utiliser. Mais depuis 2012, inspirée par les campagnes de désinvestissement contre l’Apartheid en Afrique du Sud, le mouvement 350.org réussit passablement bien. Pour voir le résultat de la campagne en cours depuis quelques années, voir l’article suivant du journaliste Étienne Plamondon Emond dans le journal Le Devoir.

 

Vers un désinvestissement des énergies fossiles

Vers un désinvestissement des énergies fossiles

www.ledevoir.com

Louis Favreau

À propos de Louis Favreau

Louis Favreau, sociologue et directeur de la Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC-UQO), organisateur communautaire engagé dans le développement du mouvement communautaire de la fin des années 60 jusqu’à aujourd’hui. Également engagé dans une solidarité internationale de soutien à des organisations de pays du Sud (groupements paysans, coopératives, associations de femmes). Auteur de plusieurs ouvrages sur le développement communautaire, le syndicalisme, les coopératives, la transition écologique et la solidarité internationale.

Voir tous les articles de Louis Favreau

Laisser un commentaire