La transition sociale-écologique est en soi un projet politique.

SOCIÉTÉ / TRANSITION ÉCOLOGIQUE La transition sociale-écologique est en soi un projet politique

La transition sociale-écologique est en soi un projet politique Il ne faut pas sous-estimer l’importance stratégique de la transition écologique. C’est un projet politique en soi. Des mouvements et des partis politiques peuvent devenir des opérateurs de la mise en œuvre des conditions de cette transition sociale-écologique du Québec: un projet capable de donner du sens à nos vies ; des communautés capables de faire face aux menaces qui s’annoncent ; un projet créateur d’emplois, de qualité par surcroît ; un projet qui favorise un aménagement du territoire orienté vers une organisation à taille humaine des villes et villages favorisant le vivre ensemble ; un projet qui met en route une économie de circuits courts ; un projet qui favorise des transports collectifs fondés principalement sur des énergies renouvelables ; un projet d’agriculture durable, écologiquement intensive. On pourrait même dire un projet pouvant devenir le principal porteur de notre affirmation économique et politique nationale dans la prochaine décennie. Au préalable, il faudra cependant avoir gagné la bataille de laisser le plus gros de nos énergies fossiles dans le sol. En avons-nous besoin ? Le Québec a la chance et les moyens de ne pas avoir à les exploiter parce qu’il dispose déjà d’une production en renouvelables de près du 50%. Au Danemark, ce n’est pas leur indépendance par le pétrole qui inspire, c’est plutôt leur sortie du pétrole qui est inspirante car ce qui paraissait être une utopie il n’y a pas si longtemps s’est transformé en programme avec un plan de match : a) fermeture des dernières centrales à énergie fossile ; b) capacités éoliennes doublées ; c) mesures de passage du transport routier de marchandises vers le transport par train ou bateau à la hauteur de 50% ; d) réduction de 50% de la demande électrique dans l’habitat, etc.. Pour en arriver à être à 100% dans le renouvelable à l’horizon 2050. Tous les acteurs engagés dans les énergies ont été mis à contribution, en commençant par les ingénieurs dont l’association a tenu 40 séminaires pour bâtir un modèle précis d’étapes à franchir pour y arriver. Le tout réalisé grâce à une série de plans successifs qui ont pris forme dès 1973, année du premier choc pétrolier. Quand la volonté politique s’y met ! Pour une introduction de 25 minutes à cette notion par une demi-douzaine d’experts qui s’y connaissent.

Sur le Canal Savoir.

La transition écologique – Le grand bouleversement

La transition écologique – Le grand bouleversement

 www.canalsavoir.tv
Louis Favreau

À propos de Louis Favreau

Louis Favreau, sociologue et directeur de la Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC-UQO), organisateur communautaire engagé dans le développement du mouvement communautaire de la fin des années 60 jusqu’à aujourd’hui. Également engagé dans une solidarité internationale de soutien à des organisations de pays du Sud (groupements paysans, coopératives, associations de femmes). Auteur de plusieurs ouvrages sur le développement communautaire, le syndicalisme, les coopératives, la transition écologique et la solidarité internationale.

Voir tous les articles de Louis Favreau

Laisser un commentaire