M. David, de quelle gauche parlez-vous?

Mérite coopératif 2010

J’écrivais, il y a quelques semaines en réaction à une chronique de Michel David dans Le Devoir ceci:

M. David, de quelle gauche parlez-vous?

En effet, s’agit-il de la gauche idéologique,  celle bien pensante des milieux urbanisés ou est-ce plutôt celle issue d’une longue tradition d’entraide comme on en voit les manifestations dans toutes les régions du Québec?

Aussi votre analyse m’apparaît-elle viciée dès le point de départ en confondant ces deux pôles de la recherche d’une plus grande solidarité. J’ai trop souvent assisté à des événements au sein du monde coopératif où l’on remettait des distinctions honorifiques à de vieux coopérants. Ceux-ci, les yeux souvent rougis par l’émotion, venaient y témoigner de leur apprentissage de la coopération au sein de leur milieu, ils ne venaient pas y faire de grands discours sur la lutte des classes. Une gauche réelle bien inscrite dans notre Histoire se faisait alors entendre. Celle de celui qui, ayant réussi, désire en faire bénéficier toute sa communauté, celle où l’on ne discourt pas sur les inégalités, mais où l’on s’efforce de les réduire. Il n’est alors pas surprenant que le Québec se distingue ainsi du reste de l’Amérique du Nord au point où l’on vient d’aussi loin que l’Australie pour en comprendre la teneur. Il faut lire “Region Apart: The Four Societies of Canada and the United States” ou encore “American Nations: A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America” pour en saisir la portée. En français, l’excellent documentaire de Carole Poliquin et Yvan Dubuc, “L’empreinte” (http://lempreinte.quebec/ ) en dresse également un portrait saisissant.

Alors avant de réduire les idées de justice sociale, d’équité ou de solidarité aux seuls discours des élites urbaines de gauche, il faudrait plutôt considérer les valeurs et pratiques qui font se démarquer notre nation. Je me souviens de l’irritation du vieux président d’une grande fédération coopérative pour qui l’expression “économie sociale” sonnait comme “socialisss”, alors qu’il incarnait pourtant la gauche réelle dans ses pratiques. Mais, homme de terrain et non pas idéologue, il portait encore certains préjugés d’une éducation faite dans l’eau bénite!

 

La grande illusion

La grande illusion

www.ledevoir.com

 

IMAGE de WEBTV.COOP http://webtv.coop/video/Tapis-rouge/961e8d08cc69b6f9672045717694f2e1

Pierre-Alain Cotnoir

À propos de Pierre-Alain Cotnoir

Je me définis comme un coopérateur. Je suis présentement président de la Maison de la coopération du Montréal métropolitain coop de solidarité; président de la Coop de solidarité WEBTV ; je siège en tant qu’administrateur à la Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FECHIMM) et au Conseil régional de l’environnement de Montréal.

Voir tous les articles de Pierre-Alain Cotnoir

Laisser un commentaire