Le manifeste: un mois plus tard

Le manifeste: un mois plus tard

Le Manifeste L’Aut’gauche a un mois. Contrairement à ce que certains ont pu croire, ce ne sera pas un feu de paille. On peut déjà en faire un premier bilan très positif.

Le Manifeste a atteint son public

La pénétration de ce texte, lancé avec relativement peu de moyens, a été excellente. Le 20 janvier, il paraissait sur une dizaine de tribunes web qui ont un large public. Le jour même, Le Devoir en publiait de larges extraits sous un titre bien choisi : Penser la gauche autrement : plus de 3000 lecteurs du journal en ont partagé le texte qui a pris la tête du palmarès des articles les plus aimés. Dans les jours qui ont suivi, une chronique bien sentie de Simon Jodoin à Radio-Canada ainsi que la chronique de Bock-Côté dans le Journal de Montréal et celle de Francine Pelletier dans Le Devoir ont rejoint un large public. L’Aut-Journal (web et papier), qui compte plus de 30,000 lecteurs, a publié le texte intégral. Puis une série d’entrevues radio se sont enchaînées : Radio-Ville-Marie à Montréal avec Pierre-Luc Savard-Tremblay, Option-régions avec Denis Trottier au Saguenay, Radio-Canada-Rimouski, Radio-La Pocatière, dans le journal régional de la Côte-Sud et prochainement dans le Mouton noir.

Le message est passé

Le titre n’a trompé personne et le message a été vite compris. Comme nous l’avaient révélé nos consultations préalables, cette dénonciation de la mainmise d’une certaine gauche sur le discours progressiste mettait le doigt sur un malaise que beaucoup ressentent : crever l’abcès permettait de libérer la parole de l’autre gauche, la gauche sociale. Les militants de la gauche que nous dénoncions ne tardèrent pas à se manifester par l’entremise de militants en vue de Québec solidaire, prétendant que le portrait que nous tracions de cette gauche multiculturaliste était fantaisiste. Mais tel n’était pas l’avis de centaines de commentaires sur les réseaux sociaux, qui firent la preuve que le malaise créé par cette gauche dogmatique n’était pas une question de générations ni de géographie mais était  bel et bien ressenti aussi bien chez jeunes que chez les vieux, et à Montréal qu’en région. Le Manifeste a également eu des échos auprès de militants en vue du PQ qui se sont sentis interpellés. Il y a eu aussi, c’était inévitable, certains commentaires complètement déplacés d’un côté comme de l’autre. Mais dans l’ensemble nous avons eu droit à des appels à la raison et au bien commun. Nos observations nous laissent à penser que la gauche en question, à Québec solidaire notamment, a pris note qu’elle ne se rendait pas service en accusant trop facilement les Québécois de racisme, d’intolérance, de xénophobie et de nationalisme identitaire pour se faire les défenseurs des identités particulières. La nécessité d’inclure toutes ces identités dans un identité et une citoyenneté québécoises fortes et vivantes refait surface. C’était le but visé.

L’étape du rassemblement

Nous sommes maintenant en mesure d’attaquer l’étape suivante, c’est-à-dire le propos principal du manifeste : comment rassembler les citoyens progressistes autour d’un projet politique commun, comment entreprendre la longue recomposition de la gauche citoyenne et démocratique. Un premier pas est posé aujourd’hui avec l’ouverture de notre site web ( lautgauche.com ) qui sera l’outil de choix pour bâtir un réseau d’appuis et de partenaires et alimenter la réflexion autour des 4 axes politiques que propose le Manifeste. Suivront également des rencontres régionales sur demande de militants locaux : trois sont déjà prévues en mars-avril : en Outaouais, à Québec et à Rimouski. D’autres suivront. En mai, nous pensons qu’il sera possible d’organiser une première rencontre nationale de leaders pour mettre au point une stratégie d’intervention pré-électorale et post-électorale, mais cela dépendra pour beaucoup de l’appui que vous accorderez personnellement à ce manifeste en apposant votre signature après l’avoir lu ou relu et pour certains et certaines d’entre vous, en manifestant votre intérêt pour travailler à sa mise en œuvre dans votre milieu.

Roméo Bouchard et Louis Favreau

À propos de Roméo Bouchard et Louis Favreau

Voir tous les articles de Roméo Bouchard et Louis Favreau

Laisser un commentaire