La dimension internationale de la transition écologique de nos sociétés : le cas de l’agriculture

Vandana Shiva, figure internationale du combat des paysans indiens, accorde ici une entrevue à une journaliste de Reporterre (France) qui dit en gros ceci : le système agro-industriel, contributeur massif au réchauffement climatique, se montre incapable de résoudre les problèmes environnementaux et alimentaires de la planète. Pour elle, la solution est à chercher du côté des « systèmes d’alimentation locale contrôlés par la communauté et gérés par les citoyens ». Idéaliste certes. Rien n’empêche, les bonnes questions sont là car avec l’agriculture industrielle mondialisé que nous avons aujourd’hui, c’est le cul de sac : « l’agriculture industrielle intensive utilise des engrais issus de combustibles fossiles. Leur production demande beaucoup d’énergie et émet des volumes importants de gaz à effet de serre. Le protoxyde d’azote (N20) qu’ils relâchent est 28 fois plus « réchauffant » que le dioxyde de carbone (CO2) » …. Bref si les pays en finissaient avec les 400 milliards de dollars de subventions accordées à l’agriculture industrielle, on aurait largement les moyens de lutter contre les changements climatiques…Et simultanément soutenir les fermes familiales qui veulent développer ou revenir aux semences traditionnelles, promouvoir l’agroécologie et une gestion durable de la forêt.

Au Québec, la crise des pesticides qui sévit en ce moment est un révélateur de cette tendance généralisée : le «Tout au marché» de l’engrenage entre les multinationales, les agronomes qui ne sont plus indépendants, le gouvernement qui n’a plus d’expertise en la matière et certains membres de l’UPA, nommément l’Association des producteurs de grains, perpétue la dépendance des agriculteurs à l’égard des pesticides bloquant ainsi la volonté de transition écologique de l’agriculture qui fait présentement son chemin dans un certain nombre de coopératives (à la Coop fédérée) et de syndicats agricoles au sein de l’UPA.

« Les multinationales empêchent de résoudre le problème du climat »

https://reporterre.net/Les-multinationales-empechent-de-resoudre-le-probleme-du-climat

 

Louis Favreau

À propos de Louis Favreau

Louis Favreau, sociologue et directeur de la Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC-UQO), organisateur communautaire engagé dans le développement du mouvement communautaire de la fin des années 60 jusqu’à aujourd’hui. Également engagé dans une solidarité internationale de soutien à des organisations de pays du Sud (groupements paysans, coopératives, associations de femmes). Auteur de plusieurs ouvrages sur le développement communautaire, le syndicalisme, les coopératives, la transition écologique et la solidarité internationale.

Voir tous les articles de Louis Favreau

Laisser un commentaire