Réponse reçue de Mme Brigitte Dupuis, vice-présidence et direction générale Caisses de groupes, Réseau des caisses et Services aux membres et clients

Courriel reçu le 29 mars 2018 à 14h51

Objet: Courriel envoyé à M. Guy Cormier le 24 mars dernier

Monsieur Cotnoir,

Je désire, par la présente, faire suite au courriel que vous avez envoyé à M. Guy Cormier le 24 mars dernier. Tout d’abord, je tiens à vous remercier d’avoir pris le temps de nous partager votre opinion. Comme vous le savez, le défi des coopératives, et plus particulièrement des coopératives de services financiers, est de trouver un juste équilibre pour répondre aux attentes variées des membres. Nous devons nous assurer de répondre à l’évolution des préférences et comportements transactionnels de nos membres, notamment par des services accessibles via les canaux numériques qui représentent aujourd’hui plus de 9 transactions sur 10. De plus, nous devons continuer de servir nos membres dans un mode plus traditionnel. C’est entre autres le défi auquel les dirigeants des caisses, qui sont des membres élus localement, font face sur une base régulière.

Je tiens à vous assurer que le principe statuant que la personne doit primer sur le capital au sein d’une coopérative financière, et dont vous faites mention, est encore le principe qui guide l’entièreté de nos actions. Lorsque les dirigeants locaux prennent la décision de procéder à une révision du réseau de distribution de la Caisse; ils s’appuient sur des rapports et des études probantes sur les comportements et habitudes transactionnels des membres. Ainsi, les décisions sont prises selon des facteurs d’achalandage et d’utilisation plutôt que sur des facteurs de rentabilité.

Le Mouvement Desjardins est un partenaire très actif auprès de la Coopérative de développement régional du Québec et nous soutenons un bon nombre de leurs initiatives. Par ailleurs, bien qu’intéressante, votre idée que des employés des coopératives de solidarité puissent prendre en charge certaines fonctions financières est difficilement réalisable dans le contexte actuel. Effectivement, la formation nécessaire et les exigences liées à la sécurité rendent cette option extrêmement difficile à implanter, sinon impossible.

Finalement, les caisses continueront de travailler étroitement avec les acteurs politiques et économiques pour trouver des mesures alternatives qui permettront aux membres de continuer d’avoir accès à des services financiers de proximité. Je me permets de vous préciser que 30 % de nos centres de services sont situés dans des municipalités de moins de 2 000 habitants et que Desjardins reste un partenaire important des communautés afin de leur permettre de réaliser des projets structurants par l’entremise des dons, des commandites, du Fonds d’aide au développement du milieu et à travers le Fonds de 100 M$ créé par M. Cormier en novembre 2016.

En espérant vous avoir rassuré sur les intentions de Desjardins, je vous prie d’accepter mes salutations distinguées.

Brigitte Dupuis, M. Sc., D.E.S.S., Adm. a

Vice-présidente et directrice générale

 

Pierre-Alain Cotnoir

À propos de Pierre-Alain Cotnoir

Pierre-Alain Cotnoir se définit comme un coopérateur. De 1975 à aujourd’hui, il s’est impliqué dans de nombreuses coopératives comme la Coopérative étudiante Durocher, la Caisse populaire de l’UQAM, la coopérative à fins sociales Café des Moissons, la Coopérative d’habitation du Châtelet, la FECHIMM, la CQCH, la CDRML, Cooptel, la MC2M, la Coop ADAPTE, et bien sûr la Coop de solidarité WebTV. Détenteur d’un doctorat en éthologie, il s’intéresse plus particulièrement à la transmission des traits culturels et aux dynamiques de changement en regard des différences culturelles telles qu’elles se manifestent dans les attitudes, les pratiques, les valeurs et les modes de vie présents au sein d’une population.

Voir tous les articles de Pierre-Alain Cotnoir

Laisser un commentaire