POLITIQUE BIO-ALIMENTAIRE: nourrir le Québec ou nourrir les autres

Il y a toujours beaucoup de belles phrases et de gros chiffres dans les politiques bio-alimentaires (je dis LES car il y en a eu plusieurs ces dernières années qui sont toutes tombées dans l’oubli).
Celle-ci ne fait pas exception. Il faut savoir lire derrière le show de boucane habituel…et au surplus, électoral dans ce cas-ci.

D’entrée de jeu, un contradiction, apparente du moins, frappe au niveau des grands objectifs énoncés:
-augmenter l’autosuffisance alimentaire de 10 milliards
-augmenter les exportations de 6 milliards (presque le double)
Quand au début des années 90, on a décidé de s’orienter vers la conquête des marchés étrangers plutôt que l’autosuffisance alimentaire comme sous Jean Garon,, notre taux d’autosuffisance était de près de 80%: il est aujourd’hui autour de 35%. Quand on parle de 50%, c.est qu’on inclue les produits “transformés” au Québec, ce qui peut vouloir dire simplement embouteillés ou mis en boite au Québec. Les chiffres sont éloquents.

La portée d’une politique dépend des moyens qu’on y consacre: l’argent et les outils institutionnels et politiques:

Au niveau de L’ARGENT, on nous dit qu’on va doubler les superficies cultivées biologiquement, mais comme elles ne sont déjà que de 2%, les doubler veut dire les porter à 4%, ce qui est assez dérisoire quand on sait l’urgence d’une transition écologique vigoureuse en agriculture. De plus, si on se fie au dernier budget, seulement 2% des investissements publics prévus au cours des 5 prochaines années sont destinés au bio, soit 7 millions pour 5 ans: c’est dérisoire! Si la part des investissements qui iront aux “petites fermes” (??) est du même ordre, on n’ira pas loin avec ça.

Au niveau des LOIS, aucune des réformes considérées comme essentielles par le rapport Pronovost pour assurer un développement de l’agriculture de proximité partout au Québec n’est mentionné; or ces lois, comme l’ASRA (assurances agricoles), les quotas, le zonage agricole, les normes sanitaires et le monopole syndical sont toutes faites sur mesure pour les gros producteurs et intégrateurs industriels, de sorte que les agriculteurs écologiques de proximité ne peuvent compter souvent que sur leurs propres moyens et doivent se buter à des obstacles réglementaires énormes qui réduisent considérablement leur production écologique et leurs ventes en circuits courts: accès difficile au financement, aux quotas de production, au territoire agricole, aux installations et à la transformation artisanales, à une représentation appropriée.

La nouvelle politique cède également à une demande répétée de l’UPA en faveur de la levée du moratoire sur de nouvelles mises en culture (déboisement, nouveaux élevages, etc.) sur les territoires en surplus de phosphore, un moratoire durement acquis lors du moratoire et du BAPE sur l’industrie porcine au début des années 2000. On risque d’assister à un bar ouvert de défrichement et d’investissements sauvages, à l’encontre des schémas d’aménagement et des règlements intérimaires des MRC. Couillard a clairement affirmé que si on voulait augmenter notre production pour satisfaire à la fois la demande interne et l’exportation, il ne fallait pas s’enfarger dans les moratoires et les réglementations contraignantes de l’environnement.

Il a ajouté, avec un trémolo dans la voix, que nos enfants à la garderie allait enfin pouvoir manger des aliments de qualité de chez nous! Libre à vous de le croire.

Personne ne s’étonnera qu’on passe sous silence la question des OGM et de leur étiquetage. Pas davantage de place pour l’agriculture urbaine, qui risque de devancer l’agriculture de proximité en campagne dans l’avenir. N’y cherchez pas non plus un virage vers la transition écologique en agriculture: on mise essentiellement sur le modèle productiviste en place. En somme, beaucoup d’enflure verbale pour peu de changement et peu de moyens.

Roméo Bouchard

À propos de Roméo Bouchard

A étudié en philosphie, histoire et sciences politiques, tour à tour professeur en philosophie et communication à Jonquière, Montréal et Rivière-du-Loup, journaliste à la pige et à la CSN, agriculteur biologique et agent de développement local et régional à Saint-Germain-de-Kamouraska, co-fondateur de l’Union paysanne, de la Coalition pour un Québec des Régions et de la Coalition SOS-Pronovost, auteur de plusieurs ouvrages sur l’agriculture paysanne, le développement et l’autonomie des régions, les enjeux écologiques et la démocratie.

Voir tous les articles de Roméo Bouchard

Laisser un commentaire